Virginia Raggi : la femme qui pourrait devenir la nouvelle maire de Rome

Mais qui est Virginia Raggi ? Cette avocate de 37 ans creuse l’écart à Rome, en Italie, au premier tour des élections municipales.

Le premier tour des élections municipales à Rome (Italie) a eu lieu dimanche 5 juin. Encore peu connue des Italiens ces derniers mois, Virginia Raggi se hisse désormais au rang de vedette. Candidate du Mouvement 5 étoiles (Movimento 5 Stelle), l’Italienne se place en tête des suffrages avec 35,6 % des voix. Le 19 juin prochain, elle affrontera Roberto Giachetti, candidat du parti démocrate (PD – Centre Gauche) soutenu par Matteo Renzi, chef du gouvernement. Mais cette jeune femme dynamique et combattante pourrait bien créer la surprise.

Un personnage populaire

Inconnue du grand public il y a encore quelques semaines, Virginia Raggi se présente à la tête de Rome. La jeune avocate en droit civile se présente comme citoyenne. En 2011, elle rejoint Beppe Grillo, ancien humoriste et fondateur du Mouvement 5 étoiles. Dans la foulée, elle se fait élire, en 2013, conseillère du parti à la mairie de Rome. Á seulement 37 ans, elle devient la première représentante montante de ce mouvement «anti-parti » et écologiste italien. Un mouvement qui regroupe aussi bien le centre gauche et la gauche, que la droite et voire même l’extrême droite.

La « Dolce Vita » pour les Romains ?

Dès ses premières apparitions publiques, la jeune avocate s’est jurée de rendre la « dolce vita » aux trois millions de Romains. Excédée par la faillite des services publics, elle promet de s’attaquer rapidement au clientélisme et à la corruption, devenus la norme dans la capitale italienne. En février, elle avait déjà affirmé :

“Nous allons devoir administrer une ville qui a été violée pendant des années par une classe politique calamiteuse. Les vieux partis ont été incapables de gouverner Rome et nous, les nouveaux venus, nous ferons mieux qu’eux”.

Dès les débuts, elle a su trouver les mots justes et attirer l’attention des Italiens, lassés de la classe politique traditionnelle, et ce particulièrement à Rome. En effet, le cas de Rome est emblématique d’une Italie empêtrée dans les scandales. Fin 2015, l’ancien maire de centre gauche, Ignazio Marino, a démissionné après une affaire de fausses notes de frais. Depuis, la ville est administrée par un commissaire extraordinaire, nommé par le gouvernement.

Les Romains se rendront aux urnes le 19 juin pour le deuxième tour des élections municipales. Si Virginia Raggi l’emporte, elle deviendra alors la première femme maire de Rome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *