Journée des métiers de l’Europe : que font les alumnis ?

Ce samedi M. Guyader et l’Institut d’Etudes européennes organisaient une rencontre avec des anciens diplômés afin de présenter leurs parcours et les difficultés qu’ils ont pu rencontrer. Retour sur leurs précieux conseils.

Développez votre réseau et soyez dynamique

Après un mot d’introduction de M. Guyader, Asli Bilir, diplômée de Master 2 pro en 2015 et aujourd’hui chargée de projet européen à l’INALCO a pris la parole. Grâce à son stage à l’UPMC pour son master, elle est embauchée dans la même institution puis à l’INALCO pour son travail actuel. Celui-ci consiste en la recherche de financements européens pour les recherches des universités et à la sensibilisation des chercheurs sur l’existence de telles ressources. Mme Bilir a insisté sur l’importance du réseautage via les conférences universitaires, le fait de garder contact avec les étudiants et les professeurs mais aussi de l’inscription sur LinkedIn ou sur différents groupes Facebook (Communauté européenne du stage et Communauté européenne de l’emploi en particulier).

Lire aussi >>> Maurice Guyader : “Il ne faut pas penser que lorsque l’on va à Bruxelles, on a des supers-pouvoirs”

C’est ensuite au tour de Lena Morozova-Friha, ancienne du Master 2 Recherche, désormais directrice générale à Europa Nova. Cette association think-tank supervise des groupes de travail organisés par thème et composés d’acteurs divers (publics, privés, chercheurs, néophytes), les travaux sont publiés lors d’une conférence annuelle. Mme Moroza-Fria a confirmé l’importance du réseautage et ajouté qu’il ne faut pas hésiter à relancer de nombreuses fois et à aller à la rencontre de personnes qui nous inspirent. De plus, elle nous a encouragé à être pro-actif (s’engager dans des associations, être curieux), à se construire un profil international (étudier à l’étranger, apprendre différentes langues) et à développer un « intérêt sincère » pour ce qui nous intéresse. Elle a notamment souligné l’importance de se renseigner sur les endroits où l’on postule et de personnaliser autant que possible nos demandes. Enfin, elle a mentionné l’intérêt du stage Robert Schuman et des stages dans les différentes institutions européennes.

Aurélie Garrido, diplômée de l’IEE en Licence 3 puis à Paris IV en Master 2 pro, continue la présentation. Elle travaille au service européen de l’Ecoles des Mines pour le financement de la recherche. Elle y avait trouvé son stage de Master 2 et a ensuite été embauchée à différents postes. Mme Garrido a expliqué que malgré un réseau qu’elle considérait comme peu développé et de nombreux refus dans un premier temps elle a pu trouver son stage grâce à une camarade de promotion. Elle a également rappelé la présence de services européens  dans la majorité si ce n’est toutes les structures (locales, régionales, internationales, privées, publiques) notamment car elle est pourvoyeuse d’importants financements.

Apprenez à vous connaître

Quentin Daveau, diplômé du Master 2 recherche et aujourd’hui contractuel au Ministère de la Culture a poursuivi la discussion. Il a noté l’importance de connaître ses compétences et de les mettre en avant. Toutes expériences apportent des compétences que ce soit en master pro ou recherche, faire une liste de ses points forts et points faibles est utile. Ainsi, il a mis en avant ses capacités rédactionnelles et de synthèse pour son poste actuel, où il rédige notamment des éditos au ministre. Il a ajouté qu’il ne faut pas hésiter à cultivez l’originalité et surtout qu’il faut s’investir dans ce qui nous plaît vraiment. Enfin, il a mentionné que la Bourse Interministérielle de l’Emploi Public (BIEP) est une large source d’offres d’emplois ou de stages.

Lire aussi >>> EPSO : comment devenir fonctionnaire européen

Viktoria Elenski, juriste diplômée en droit à Descartes a confirmé la nécessité de prendre soin de son réseau tout au long de l’année (fêter la nouvelle année par exemple) et l’intérêt de projet à l’étranger. Elle-même est partout un an en Australie et a pu grâce à son réseau y obtenir un stage. Mme Elenski a entre autres ajouté que le monde professionnel est un enchaînement d’opportunités et que des solutions s’offrent toujours à nous pour débloquer une situation.

Faîtes-vous plaisir et voyagez

Enfin, Pilar Sanchez Bella a conclu le débat. Diplômée en droit en Espagne et en Relations Internationales à Georgetown, ancienne employée à la Banque Mondiale, elle est aujourd’hui analyste politique à l’OCDE sur les questions du Moyen et Proche-Orient. En plus de réitérer les différents conseils des précédents intervenants, elle a souligné l’importance de se construire un argumentaire de vente adapté à ce qui nous intéresse autant que de s’informer et d’aller directement à la rencontre des personnes qui nous inspirent.

Lire aussi >>> Journée des métiers de l’Europe à Paris 3 : qui sont-ils ?

Ainsi, les points clefs de cette discussion, partagés par la majorité de des intervenants, peuvent être résumés en deux points : le caractère indispensable de prendre soin de son réseau professionnel et la nécessité d’être actif et curieux. Notons également la connaissance de soi et de ses capacités est un point repli plusieurs, tout comme l’importance d’internationaliser son parcours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *