Que s’est-il passé en Europe cette semaine (25.09 – 01.10) ?

Le ministre emblématique d’Angela Merkel sacrifié, Emmanuel Macron qui expose sa vision de l’Europe, un sommet européen à Tallinn, ou encore Google qui se plie à la Commission, petit tour d’horizon de l’actualité européenne de la semaine.

Wolfgang Schäuble s’en va

Première conséquence importante du faible score d’Angela Merkel lors des dernières élections fédérales allemandes, le départ de son emblématique ministre des finances, Wolfgang Schäuble. Au niveau européen, il s’était fait remarquer en faisant preuve d’une grande rigueur à l’égard de la Grèce au plus fort de la crise, ne cédant rien sur sa volonté de voir le pays du sud de l’Europe alléger sa dette colossale uniquement au prix de coupes budgétaires drastiques.
Son départ coïncide avec le retour probable dans la coalition au pouvoir des libéraux du FDP qui devrait réclamer ce poste stratégique des finances. Wolfgang Schäuble ne quitte pas pour autant la vie politique allemande puisqu’il devrait d’ici quelques jours être élu pour présider le Bundestag.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne

Deux jours après des élections allemandes qui n’ont sans doute pas ravi au plus haut point le président français, ce dernier s’est présenté dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne pour prononcer un discours de près de deux heures avec une envie : relancer l’Europe. Parmi les annonces d’Emmanuel Macron, sa volonté d’avancer dans une Europe dite à plusieurs vitesses, qui existent déjà dans certains domaines, en utilisant notamment davantage les coopérations renforcées.
Ce discours qui confirme la place centrale que le président français veut accorder à l’Europe dans sa politique, a été chaleureusement accueilli à Bruxelles qui se félicite de la volonté de leadership affiché par la France.

Lire aussi >>> Emmanuel Macron à la Sorbonne : on y était !

Monsanto n’entrera plus au Parlement européen

Petit coup de tonnerre au Parlement européen ce jeudi 28 septembre. Monsanto, le géant des pesticides et l’un des plus gros lobbyistes européens, n’aura plus accès au Parlement. Annoncée par Marc Tarbella, leader de la délégation PS, cette décision intervient après que le groupe ait refusé de se rendre à une audition mise sur pied par les commissions parlementaires à l’agriculture et à l’environnement. L’intérêt était d’en savoir plus sur un document déclassifié de la justice américaine où la firme émet des doutes concernant le caractère potentiellement mutagène du glyphosate.

Lire aussi >>> Glyphosate : quand le Brexit sauve Monsanto

Google rentre (un peu) dans le rang

Après l’amende record de 2,42 milliards d’euros infligée par la Commission européenne au géant américain, ce dernier a annoncé des changements dans le fonctionnement de son service de comparateurs de prix. Le moteur de recherche était accusé d’abuser de sa position dominante pour mettre en avant ses propres comparateurs dans Google Shopping, reléguant ses concurrents loin derrière les premiers résultats. Google propose depuis le 28 septembre, de placer en tête des résultats les plus offrants, au nom de la libre concurrence.

Lire aussi >>> Margrethe Vestager , la commissaire qui s’attaque à Google

Sommet européen à Tallinn

Vendredi 29 septembre se tenait à Tallinn, en Estonie, un sommet européen regroupant les différents chefs d’États de l’UE. Celui-ci est le premier pour le président français, deux jours après le discours de la Sorbonne, que les chefs d’Etats ont abondamment commentés lors d’une première rencontre peu avant le début officiel du sommet.
Si l’Estonie voulait mettre l’accent sur le numérique, l’actualité chargée de l’Europe en ce moment – Brexit, référendum d’indépendance en Catalogne – a fait passer au second plan les objectifs initiaux du pays hôte.

Lire aussi >>> Présidence estonienne : numérique et sécurité au programme

Corentin Gorin

Ex-rédacteur en chef d'Eurosorbonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *