Que s’est-il passé en Europe cette semaine ? (18.10 – 24.10.19)

Le conflit ukrainien pourrait-il prendre fin avec la médiation de la France et de l’Allemagne ? Venise pourrait-elle rayée de la liste des patrimoines mondiaux de l’UNESCO ? La France pourrait-elle réformer le processus d’élargissement ? Toutes les réponses à vos questions sur l’actualité européenne de la semaine, par Clara Dassonville.  

 

Sommet sur l’Ukraine à Paris : vers une sortie du conflit ukrainien ? 

Sortir du conflit en Ukraine : voici l’objectif du sommet qui se tiendra à Paris le 9 décembre, en présence des deux protagonistes Vladimir Poutine et Vlodomyr Zelenksy, président de l’Ukraine. Emmanuel Macron et Angela Merkel seront également présents. Le conflit dure depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2013, et a fait 13.000 morts. Quels sont les enjeux derrière ce conflit, et comment se positionne l’Union européenne ? 

La détente entre Moscou et Kiev ?  

La venue du président russe est un bon signe pour les relations diplomatiques entre Moscou et Kiev. Le premier signe de détente a eu lieu en juin 2014, lors des commémorations du Débarquement en France. De cette première rencontre a été tiré un « format Normandie », qui permet aux chefs d’Etat de se rencontrer. Depuis, les deux protagonistes se sont échangés des signes de dialogue : le 9 novembre, les troupes ukrainiennes et séparatistes se sont retirées de l’est de l’Ukraine, tandis que la Russie a remis à l’Ukraine trois bateaux et des prisonniers qu’elle avait saisis au large de la Crimée. 

Le conflit ukrainien : enjeux géopolitiques et géostratégiques 

Le conflit qui oppose l’Ukraine et Moscou, notamment autour de la région de la Crimée, est d’envergure géopolitique et géostratégique. Géopolitique d’abord : l’Ukraine est polarisée entre la Russie et l’Union européenne.

L’Ukraine est polarisée entre la Russie et l’Union européenne, et le conflit armé dure depuis 2013.

En février 2014, l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch a été destitué et s’est réfugié en Russie après des manifestations massives. Les mouvement pro-européens ukrainiens dénonçaient l’abandon de l’accord d’association avec l’Union européenne, et le rapprochement de l’Ukraine avec Moscou. En mars 2014, la Russie a annexée la Crimée, qui a voté massivement pour son rattachement à la Russie. Depuis, l’est de l’Ukraine a basculé dans la guerre, entre les mouvements indépendantistes pro-russes encouragés par Moscou, et les mouvements pro-occidentaux soutenus par l’Union européenne. Certains mouvements russophones d’Ukraine réclament leur autonomie par rapport au pays  — c’est le cas des régions de Lougansk et de Donestsk. 

Pas de paix sans l’accord sur le gaz. Un sommet à lui seul ne suffit pas pour démêler ce noeud inextricable.

Le conflit ukrainien cache aussi une « guerre du gaz » : la Russie est le plus gros producteur de gaz naturel en Europe, et ce gaz transite par l’Ukraine pour arriver à l’Ouest du continent. La Russie utilise donc cet argument pour faire pression sur l’Ukraine et garder son influence sur le pays. Pour Radio Kommersant, « Pas de paix sans l’accord sur le gaz. Un sommet à lui seul ne suffit pas pour démêler ce noeud inextricable. » 

Vers une émancipation de l’Europe ? 

Le sommet de Paris marque un moment important des relations internationales européennes. Si un compromis est obtenu, cela marque une coopération entre l’UE et la Russie, un fait assez rare pour être souligné. De plus, c’est aussi l’occasion pour l’UE de mener une politique étrangère forte et autonome et de se poser comme médiatrice des conflits. Pour l’UE, l’objectif à long terme serait de promouvoir une structure de défense européenne commune. 

▶️ Pour aller plus loin : retrouvez ici les dates clés de la crise ukrainienne.

 

Inondations à Venise : la ville menacée de perdre sa place au patrimoine de l’Unesco 

Depuis le 12 novembre, Venise est noyée sous sa plus grande « aqua alta » depuis cinquante ans. L’UNESCO menace de lui supprimer le statut de patrimoine mondial de l’humanité. La Sérénissime est menacée par de nombreux dangers : les inondations, le réchauffement climatique, et le sur-tourisme.

La Sérénissime : une ville en danger

Venise est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1987. Ce statut lui offre une protection symbolique et législative contre les menaces de dégradation. Pourtant, l’UNESCO menace d’inscrire la Sérénissime sur sa liste du patrimoine mondial en péril, voir pire, de lui faire perdre son statut de patrimoine mondial. Dans un communiqué paru le 13 novembre, l’UNESCO affirme « suivre de près l’état de conservation du site de Venise et de sa lagune. L’organisation a convenu avec les autorités italiennes d’effectuer une mission consultative, prévue pour début 2020 afin de mettre en place des démarches nécessaires. »

▶️ Retrouvez ici la liste de tous les sites classés patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

 

Sur-tourisme, réchauffement climatique : Venise est-elle condamnée ?

Ce vendredi 15 novembre, la marée a atteint la hauteur impressionnante de 1,54 mètre. Mardi 19 novembre, la hauteur de l’eau atteignait 1,87 mètre, devenant la deuxième plus importante aqua alta de histoire de Venise. L’eau a inondé 80% de la ville, envahissant les églises, commerces et musées, amenant même la fermeture de la célèbre place Saint-Marc.

Venise est menacée non seulement  par l’engloutissement, mais aussi par le sur-tourisme et le réchauffement climatique.

L’UNESCO attribue les menaces qui pèsent sur Venise au « sur-tourisme causé par un flux constant de navires de croisières. Le site est également très vulnérable aux impact négatifs du changement climatique. Les inondations et les fortes pluies ont augmenté ces dernières années. » De plus, la ville est menacée d’engloutissement : en un siècle, elle s’enfonce de 30 centimètres ans la mer.

 

Élargissement de l’UE : la France appelle à une réforme du système

Ce mardi 19 novembre, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se réunissaient à Bruxelles pour débattre de l’élargissement de l’UE. Les ministres ont discuté des propositions de la France, qui plaide pour une « association progressive », des « conditions strictes », ainsi qu’un mécanisme d’adhésion « réversible » et « plus politique« , selon Les Echos et La Croix.

 

La France veut revoir le sytème dans son ensemble

Lors du dernier Conseil européen du mois dernier, Emmanuel Macron a suscité le débat en refusant d’entamer les négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord et de l’Albanie. Il a déclaré être en faveur d’une refonte du système d’adhésion avant de procéder à d’autres élargissements européens.

 L’adhésion à l’Union européenne : comment ça marche ?

La politique d’élargissement de l’Union vise à « rassembler les pays d’Europe autour d’un projet politique et économique commun. » Tout Etat européen peut présenter sa candidature, du moment qu’il respecte les critères de Copenhague établis en 1993. Ces crièrent subordonnent l’adhésion à l’Union européenne à la stabilité des institutions démocratique du pays, la viabilité de l’économie de marché, et la capacité du pays à souscrire aux objectifs politiques, économiques et sociaux de l’Union.

Le processus d’adhésion consiste en un rapport d’examen de la Commission européenne sur les trente chapitres de l’ensemble de la législation de l’Union. La Commission émet ainsi des recommandations, favorables ou non, sur certains chapitres. Ensuite, c’est le Conseil de l’Union européenne qui décide à l’unanimité d’ouvrir les négociations sur ces chapitres pour assimiler ces chapitres dans le droit national.

« Remettre du politique dans un processus trop technocratique »

Emmanuel Macron propose de passer à un « processus en escalier« , c’est à dire de définir 7 étapes qui mèneraient à l’adhésion à l’UE. Chaque succès rapprocherait le pays candidat de l’UE. En cas d’échec à une des étapes, la procédure serait abandonnée. Pour Paris, cette démarche permettrait d’éviter les adhésion trop conciliantes et de laisser le tout pouvoir à Bruxelles.

Les ministres européens ont réagi par l’incompréhension. Donald Tusk, président sortant du conseil européen, a exprimé sa « grande déception » face au blocage de l’adhésion de la Macédoine du Nord et de l’Albanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *